Archives des tags : réflexions personnelles

Le syndrome de Cassandre – Décryptage personnel

Pour commencer, je vous invite à relire un  article publié le 21 octobre 2010 sur mon premier blog


 

 

Le syndrome de Cassandre

En visitant quelques blogs parlant de catastrophes écologiques, comme celle survenue récemment en Hongrie, ou de catastrophes humaines, comme celle de la mine de San José au Chili, je me suis remémoré mes rares souvenirs de mythologie grecque.Vous avez peut-être remarqué que certains préfèrent parfois blâmer la personne qui les prévient d’un danger, d’une menace plutôt que d’affronter ce danger ou à cette menace. Ce comportement correspond à la problématique de Cassandre : plutôt que de l’écouter, chacun la fuit.

 

Le paradoxe de Cassandre

De plus, la problématique de Cassandre, contient un terrible paradoxe.
En effet, si on la croit, on entreprend les réformes nécessaires.
De ce fait les malheurs ne se produisent pas et les imbéciles disent qu’elle s’est trompée.
Si on ne la croit pas, on ne corrige rien et les malheurs arrivent.

 

Je vous propose donc de vous parler de ce personnage la mythologie grecque, Cassandre.
Les versions divergent un peu sur les détails, mais en voici l’essentiel :

Cassandre ayant la faculté de connaître l’avenir, avait prévenu les troyens d’une grande catastrophe : la ruine de Troie.
Elle s’opposa à l’entrée du fameux cheval imaginé par Ulysse, mais personne ne l’a écouté.
On connaît la suite : Cassandre n’avait fait que des prévisions justes, et qui s’étaient réalisées précisément parce qu’on ne l’avait pas écoutée.

 

Pourquoi ne fut-elle pas écoutée ?

Cassandre était la fille de Priam, roi de Troie, et d’Hécube. Elle était réputée pour sa grande beauté et eut de nombreux soupirants.
Elle suscita aussi l’amour du dieu Apollon et obtint de lui le don de prophétie en échange de ses complaisances.
Mais elle ne tint pas ses promesses : ayant obtenu ce don de prophétie, elle n’accorda à Apollon qu’un simple baiser en se moquant de sa naïveté.
Alors le dieu, se vengea de cet affront. Comme il ne pouvait reprendre son don, lui retira le pouvoir de persuader.

Elle conserva le don de prophétie, mais on ne la crut jamais.

 

Parmi ses prédictions justes mais non écoutées, on peut retenir les suivantes :

  • le danger du cheval de Troie ;
  • la destruction de la ville de Troie ;
  • la mort d’Agamemnon, ainsi que sa propre mort.

 

Durant le siège de la ville de Troie, elle ne cessa d’annoncer la ruine de la cité si l’on n’entamait pas des négociations de paix.
Personne ne voulut la croire et l’on se moqua d’elle, les Troyens croyant leur ville imprenable.

Elle supplia même : « N’en faites rien, … cet animal porte la mort dans ses flancs ».

Mais les Troyens haussèrent les épaules, accrochèrent des cordes au cou de la bête et sourds aux sanglots de la Princesse, le hissèrent jusqu’au cœur de la ville.
La nuit tombée, des soldats grecs sortirent des entrailles du cheval et portèrent la mort du nord au sud, de l’est à l’ouest de la ville.
Ce fut la fin de Troie.

 

Cassandre pécha par excès d’optimisme ; elle espérait être entendue des sourds.

Ce récit mythologique a marqué les esprits et ce nom, Cassandre, est resté jusqu’à nos jours le symbole de ceux qui tentent d’avertir leurs semblables des malheurs qu’ils se préparent s’ils ne corrigent pas leurs comportements.

Ainsi, l’expression « jouer les Cassandre », qui signifie prédire des malheurs, être oiseau de mauvaise augure, tire son origine de ce mythe.

 

Mais on oublie l’essentiel :

Si Cassandre prédisait des malheurs que personne ne croyait, ses prédictions étaient bel et bien véridiques !

On vérifie fréquemment cette difficulté à être entendu lorsque l’on annonce des événements que les personnes n’ont pas envie de voir se réaliser… comme si le fait de ne pas les croire pouvait les empêcher de survenir !
Peut-être pourrait-on se souvenir avant d’accuser certains scientifiques d’alarmisme et de pessimisme lorsqu’ils évoquent les conséquences probables du réchauffement climatique. Voici une vidéo bien connue des internautes, souvent présentée comme trop alarmiste ; cliquez, regardez et repensez à Cassandre :

 

 


Décryptage

Dans cet article j’avais pris pour exemple les scientifiques qui nous ont prévenus il y a de nombreuses années du dérèglement climatique. Il fallait bien illustrer ce qu’est le syndrome de Cassandre.

Mais le soir où j’ai écrit ce texte j’avais d’autres exemples en tête. En effet, il m’est arrivé parfois de donner un avis sur ce qui se passerai si on ne s’astreignait pas à une méthode de travail (toutes proportions gardées, naturellement, je n’ai pas annoncé le danger du cheval de Troie).

N’ayant aucune légitimité particulière et n’élevant pas la voix plus que nécessaire, je n’ai pas (ou presque pas) été écouté, en particulier dans certaines réunions qui ressemblaient plus à des rendez-vous de club du mercredi qu’à des réunions de travail pour l’avenir.
Et hélas, ce que j’avais annoncé s’est produit, ou quelque chose qui y ressemble fortement (ou peut-être même pire).

 

Le syndrome de Cassandre - Décryptage personnel dans Beuvry troie3


0 Commentaires

Réflexions personnelles sur le méthodes de travail proposées par quelques-uns et refusées par les « acteurs » de l’opposition

 

Depuis l’été 2013, les articles de Tout Beuvry sur le Web sont un peu plus explicites, en particulier sur l’actualité Beuvrygeoise. L’introduction de cet article publié aujourd’hui sur mon premier blog en est l’illustration. Explication à la fin de l’article…



 

Réflexions personnelles et méthodes de travail

 

Pour éviter de s’embarquer dans des remarques et questions inappropriées, il me parait plus sage de se pencher au préalable sur un sujet grâce à la documentation disponible, et de nos jours avec internet, cette démarche est assez simple.

J’ai souvent donné localement ma vision de l’action de groupe (quels que soient le domaine et les finalités) : travailler sur un dossier avant de formuler un avis ou de préconiser une action.

La branche éco-citoyenne de l’association beuvrygeoise « les Albrans » a d’ailleurs fait sienne cette maxime « comprendre pour agir ». D’autres « acteurs » ne partagent pas cette vision de l’action citoyenne et préfèrent lancer des questions ou des affirmations sans préparer le sujet, au risque de faire fausse route ; question de choix, et peut être de motivation ou/et de sincérité dans les engagements.

 

Si on prend par exemple des grands sujets de réflexions du 21ième siècle comme le changement climatique, il me parait évident que ce principe d’étudier le sujet avant de s’exprimer est fondamental. Cela évite les phrases toutes faites, « Y’a plus d’saison », ou encore « On va avoir un hiver rigoureux, alors le réchauffement climatique, c’est de la connerie ».

 

La climatologie fait intervenir tellement de domaines techniques différents (météorologie bien sûr, mais aussi : océanographie, biogéochimie, hydrologie, agronomie, mathématiques, astronomie, glaciologie…), qu’il n’est pas possible pour un simple citoyen de tout assimiler. Cette pour cette raison qu’il est plus raisonnable de se concentrer sur les travaux de banalisation scientifiques dont la compréhension est accessible à tout un chacun, pour peu que l’on fasse l’effort d’éteindre le poste de télévision et de lire avec attention.

 

Depuis lundi et durant toute cette semaine le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) se réuni à Stockholm. Six ans après son précédent diagnostic, le GIEC donnera ses conclusions ce vendredi 27 septembre.

Pour les personnes qui s’intéressent sincèrement aux sujets environnementaux et à l’avenir des générations futures, il serait intéressant de voir ce rapport.

Si je trouve le temps, je tenterai un résumé sur ce sujet.

Réflexions personnelles et méthodes de travail dans Ce blog - son auteur giec3

Le GIEC réaffirmera probablement l’influence de l’activité humaine dans le réchauffement climatique, ou plus précisément le réchauffement climatique global, avec d’avantage de certitudes que lors du précédent rapport. Il confirmera sans aucun doute également le lien entre le réchauffement et les phénomènes météorologiques extrêmes.

Malgré l’accumulation de preuves et de données inquiétantes, les scientifiques craignent déjà de déclencher une nouvelle vague de climato-scepticisme.

Cela me remémore un article que j’ai écrit il y a près de 3 ans. J’avais utilisé à l’époque l’exemple des annonces alarmistes sur la dégradation climatique mondiale pour illustrer le syndrome de Cassandre.

Je reviendrai peut-être aussi sur le syndrome de Cassandre.



La plupart des personnes qui semblent vouloir se présenter devant les électeurs Beuvrygeois en 2014 ont refusé de travailler sur des dossiers (comme avec une poignée de personnes nous l’avions proposé) afin de préparer les interventions publiques de 2008 à 2014 et de maitriser les sujets importants pour les élections de 2014.

En 2010, j’avais laissé un message caché dans un texte évoqué à la fin du présent article. J’évoquais le problème de Cassandre qui ne parvenait pas à convaincre des catastrophes qu’elle voyait dans l’avenir. J’ai eu l’idée de cette allégorie car à l’époque j’avais expliqué que si l’on ne travaillait pas pendant plusieurs années par petits groupes sur des dossiers concernant la commune, l’opposition courrait à la catastrophe. Depuis cette période j’ai pris une certaine distance avec les groupes d’opposition qui semblaient chercher d’avantage des distributeurs de tracts que des apporteurs d’idées.

 

0 Commentaires

Mon tour du web en 80 clics – Pourquoi ce titre ?

Depuis que je visite des blogs, c’est-à-dire 2 ou 3 jours après avoir été connecté à internet, il y a 5 ans, j’ai remarqué que la plupart des blogueurs font une présentation de leur « bébé » avec un premier article « pourquoi ce blog ? ».

J’ai respecté la tradition avec l’article : Origine de « Mon tour du web en 80 clics » .

Mais je voulais compléter votre information par une autre question (et donc une réponse) :
« Pourquoi ce titre ? » car je sentais bien votre désir d’en savoir plus.

 

Pour commencer, je reviens une nouvelle fois sur mon premier blog « Tout Beuvry sur le Web ». J’ai réalisé dès le début une page de liens vers les sites et blogs de Beuvry, ou en rapport avec la ville, intitulée « tout Beuvry sur le Web ».

Lorsque j’ai décidé de maintenir ce blog, qui n’était à l’origine qu’un essai technique*, j’ai placé le titre de cette page dans le bandeau supérieur.

Plus tard, la page de liens utiles a été découpée en plusieurs sous-pages.

Lorsque j’ai créé ces sous-pages de liens selon les catégories, j’ai expliqué ma démarche en précisant que ces liens que je partageai constituaient en quelque sorte « Mon tour du web en 80 clics »**.

 

Le titre pour ce nouveau blog, m’est donc venu naturellement pour faire une sorte de continuité avec le premier.

J’ai repris les pages de liens de « tout Beuvry sur le Web » en les mettant au goût du jour et en complétant avec des sites que j’avais placé dans « mes favoris ».

Pour certains sites ou blogs, je ferai parfois un article de présentation.

 


Pour éviter les digressions rendant difficile la lecture, j’ai préféré vous renvoyer à des compléments d’information :

* Durant l’été 2008, j’ai réalisé un essai comparatif des hébergeurs de blogs pour les besoins du groupe d’opposition municipale lequel a décidé (ou du moins certains d’entre eux) après quelques mois de se passer d’internet et accessoirement de ses colistiers non-élus qui produisaient 80% des articles.

** C’était un clin d’œil au roman « Le tour du monde en 80 jours » inspiré dit-on du premier voyage aérien de plus de 100 km, le 19 septembre 1784. Ce jour là, les frères Robert parcouraient 200 km de Paris à Beuvry en 6 heures et 40 minutes.
Mais qui a perçu cette référence ?
D’ailleurs sur ce blog « Tout Beuvry sur le Web », j’ai pafois placé des « messages cachés » ou du moins des informations destinées aux personnes qui se donnaient la peine de comprendre. Mais malgré un français me semble-t-il plutôt correct et des constructions de phrase à la portée de tous, combien de personnes ont perçu ces messages un peu particuliers ?


0 Commentaires

Enfin une nouvelle école Léo Lagrange à Beuvry !

La rentrée 2013 est pour moi l’occasion de m’exprimer sur la construction d’une nouvelle école à Beuvry.
En entendant les conversations de parents au sujet de la rentrée qui approche, j’ai eu l’idée d’une accroche pour ce texte en grande partie préparé il y a plusieurs semaines.
Beaucoup de parents se disent : « enfin la rentrée », le titre est trouvé « enfin l’école ».
J’en ferai un article plus « politiquement correct » pour mon premier blog Tout Beuvry sur le Web , mais voici mon sentiment moins édulcoré.


« Enfin l’école ! »

C’est ce que diront les habitants de tout un quartier de Beuvry qui attendaient une nouvelle école depuis au moins 10 ou 15 ans. La nouvelle école Léo Lagrange, à côté du stade éponyme, devrait si tout va bien ouvrir après les vacances de Toussaint. Cette photo (prise il y a déjà 3 ans) comparée à l’image du projet donne une idée du changement qui attend les écoliers !

ancienne-ecole-leo-lagrange dans Présentation de Beuvry projet-ecole dans Vie scolaire

L’école Léo Lagrange est bien positionnée entre 2 secteurs très éloignés (le centre ville et le quartier de Gorre, de l’autre côté du canal à grand gabarit). L’école du préolan est d’ailleurs tout aussi éloignée.

Si cette école de quartier n’existait pas, cet éloignement serait problématique pour les personnes qui accompagnent leurs enfants à pieds. C’est peut-être un mode de transport que ceux qui critiquent la construction (critiques qui arrivent à l’approche des élections municipales) ne connaissent pas.

C’est  encore plus gênant l’hiver quand il faut traverser le pont de Gorre. Lors de l’hiver 2012-2013 assez rigoureux, les parents devant conduire leurs enfants à l’école La Fontaine de Beuvry Gorre (à partir du CE1) ont pu s’en rendre compte. Le pont mal déneigé est particulièrement dangereux.

Un des atouts de l’école Léo Lagrange est de se situer à proximité d’installations sportives (encore faut-il aimer le sport).

De plus, pour les parents qui partent au travail en voiture après avoir conduit les enfants, le stationnement est bien plus pratique que celui certaines écoles du centre ville (d’ailleurs, même le parking de Gorre est saturé malgré les aménagements récents, eux aussi attendus depuis des années).

Comme c’est le cas dans tous les petits villages de France (ça j’ai bien connu), une école de quartier est un lieu de rencontres et d’échanges. Elle tisse les liens entre les habitants, bien au-delà de la scolarité de leurs enfants. Encore un point totalement mis de côté par les détracteurs du projet, mais les liens entre les habitants intéressent-ils vraiment tous ceux qui « font de la politique » (avec ou sans engagement dans un parti).

 

Personne*  dans le secteur n’imaginait donc voir cette école, véritable lieu de vie du quartier, disparaître pour venir gonfler les effectifs des classes d’autres écoles beaucoup trop éloignées. Encore fallait-il connaitre vraiment  le quartier ou au moins prendre la peine de s’intéresser à ses habitants avant de dénoncer la construction de cette nouvelle école.

 

construction-ecole-beuvry leo-lagrange-beuvry

 

Pour ceux qui auraient voulu faire une critique pertinente (à des fins électoralistes ou simplement pour faire avancer les choses pour le bien de la communauté), une seule attente de demeure : l’ouverture de la 3ième classe (laquelle est construite, mais ne sera pas occupée immédiatement) afin d’envisager la scolarisation jusqu’en CM2.

Mais sur ce point, rien n’est fait, puisque la 3ième classe servira peut être à diminuer le nombre de niveaux pour une même institutrice.

On peut aller plus loin dans la réflexion d’aménagement urbain en imaginant un véritable groupe scolaire avec 4 classes afin d’anticiper les nouvelles inscriptions avec les projets de construction dans le quartier en vue d’une répartition cohérente sur le territoire de la commune.

 

A noter : les parents d’élèves, les usagers des installations sportives et les riverains espèrent aussi que la sécurité routière s’améliore dans le quartier. Ceux qui voudraient ouvrir un débat utile dans le cadre des élections municipales auraient pu aussi s’emparer de ce problème au lieu de critiquer la construction d’une nouvelle école. Mais la sécurité routière n’a jamais passionné certaines personnes qui souhaitent se présenter aux prochaines élections. Voir mon article du 14 septembre 2009


* à part des opposants à la municipalité qui presque tous à un moment ou un autre émis des critiques sur cette construction, voire se sont opposé avant de tenter de lisser leur propos après la partution de cet article dans mon premier blog.

0 Commentaires

Réflexions personnelles

La mésaventure de cet été sur mon premier blog m’a amené à réfléchir à son contenu.
Faut-il sauvegarder la totalité des articles et des pages ?
Si oui, comment ?

Différentes solutions s’offrent à moi, dans le cas où ce blog serait définitivement fermé à mon insu.

J’ai reçu d’ailleurs quelques conseils à ce sujet. J’en profite pour remercier au passage les personnes qui m’ont soutenu dès qu’elles ont eu connaissance de la fermeture (provisoire) de « Tout Beuvry sur le Web » et apporté leurs observations et « bon tuyaux ».

 

Les articles consacrés à la mise en lumière de manifestations et festivités locales ne semblent pas devoir être impérativement sauvegardés. Ils ont un côté plus limité dans le temps que les articles sur des sujets plus « techniques » ou historiques, lesquels sont classés bien souvent dans la page « dossiers beuvrygeois ».
Pourtant, ces articles « moins importants » montrent l’intérêt que je porte à la vie de ma commune depuis des années et pas seulement à l’approche d’une échéance.

 

Quant aux articles plus « techniques », ils sont la démonstration qu’il n’est pas nécessaire d’être « bien introduit dans les milieux autorisés » pour s’intéresser de près à certains dossiers et qu’il est d’ailleurs facile de trouver des informations pour peu que l’on se sente sincèrement concerné par les sujets touchant la ville de Beuvry.
La lecture de quelques articles aurait évité à certaines personnes de tomber de nues lors de l’annonce (ou plutôt du rappel) de mise en œuvre de telle ou telle action prévue de longue date.

 

Malgré les critiques d’individus, dont on attend toujours de pouvoir constater leur attachement à la commune au-delà d’un domaine de prédilection et qui trouvent que je ne m’intéresse qu’à un nombre limité de sujets, de nombreux beuvrygeois me disent quand même : « il y a de plein de choses utiles sur ton blog, il faut le garder ! »

 

Si ce blog venait à disparaître, cette fois définitivement, le plus perdant ce ne serait pas moi, mais chaque visiteur qui vient y chercher des informations ou des souvenirs.
J’ai donc pris des dispositions en cas de nouvelles mésaventures.

 


Cet article a également été publié sur le blog « Tout Beuvry sur le Web ». Compte tenu des circonstances, je me suis décidé à changer un peu mon style. Les articles de « Tout Beuvry sur le Web » étaient précédemment plus «politiquement corrects ».


0 Commentaires

Photoshopfree7979 |
Baby teeth gel |
Despetitspapiers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vol d'un voilier et pe...
| Username14732
| Isabellefemmecougar